Les exportateurs français de matériels de chantier soutenus par… leur marché intérieur

« L’année 2013 a été relativement stable pour nos industries » déclare Philippe Frantz, le président du Cisma (Syndicat des Equipements pour la Construction, les Infrastructures, la Sidérurgie et la Manutention). Le chiffre d’affaires des fournisseurs français de biens d’équipement a fléchi de 1,4%, après une année 2011 en forte progression (+30%), et une année 2012 stable.
C’est le marché français qui a permis aux constructeurs nationaux de limiter la baisse de leur activité. Leur production, qui s’est élevée l’année dernière à 6,85 milliards d’euros a été absorbée à hauteur de 2,40 milliards (+ 10,1%) par le marché français, tandis que les exportations se sont élevées à 4,45 milliards (-6,7%).

Taux de couverture : 103%
Les matériels pour la construction ont participé à hauteur de 2,70 milliards d’euros au chiffre d’affaires de la profession (- 4% de 2012 à 2013) , soit 39% de ses ventes. Comme pour le Cisma dans sa totalité, les ventes au marché français ont été en augmentation, à + 10,3%, alors que les exportations fléchissaient de 9,9%. Les importations ont aussi été à la baisse dans ce secteur, de 4,1%. Le taux d’exportation des biens d’équipement pour le BTP demeure élevé, à 67%, ce qui confère à l’industrie française un taux de couverture de 103% dans ce secteur, supérieur à celui du Cisma en général. C’est la conséquence de la présence en France d’unités de production appartenant à des groupes internationaux exportant une part importante de leurs matériels, explique le président du Cisma. L’Union Européenne est le premier client de l’industrie française des matériels (32%, en baisse de 12%), suivie par l’Amérique du Nord (17%, – 15%) puis par l’Afrique (16%, -20%) les pays européens extérieurs à l’UE (14%, stable), l’Asie/Pacifique (11%, -33%), l’Amérique Latine (6%, +6%), et le Moyen-Orient (4%, +5%).

Conjoncture internationale et taux de change
Renaud Buronfosse, délégué général du Cisma, montre que les exportations vers les clients des constructeurs de matériels du Cisma suivent la conjoncture des pays destinataires. « Les flottes de matériels américains viellissantes avaient été renouvelées les années précédentes. La conjoncture allemande a été un peu difficile en 2013. Les exportations des industriels français vers la Chine (2,4% des exportations) ont baissé de 38%, suite à une forte dépression du marché ». S’ajoutent à ce phénomène la dépréciation de plusieurs monnaies de pays émergeants. L’Allemagne demeure le premier fournisseur du marché français, et le Royaume-Uni progresse. Le Japon a été en baisse en 2013, suite à la dépréciation de sa monnaie. Les matériels pour la construction devraient participer largement au rétablissement du secteur français des biens d’équipement.

+ 3 à +5% pour les matériels
Le Cisma prévoit en effet une année 2014 en « lent redémarrage ». Une performance qui pourrait être due aux ventes aux Etats-Unis, en Allemagne, tandis que les exportations vers les pays émergeants devraient demeurer à peu près égales.
Le syndicat table sur une stagnation du chiffre d’affaires des constructeurs français de matériels sur le marché national. Plusieurs causes à cela : manque de financement des travaux par les collectivités locales, concentration des loueurs, rationalisation des parcs des grandes entreprises. Le Cisma table cependant sur un accroissement des exportations se soldant par une amélioration du secteur équipements du BTP, de 3 à 5%.

La France 6ème exportateur dans la mécanique
On peut situer les performances des membres du Cisma dans celui des industries mécaniques françaises dans leur ensemble. Les membres de la FIM (Fédération des industries mécaniques) ont enregistré, l’année dernière, un chiffre d’affaires de 112,9 milliards d’euros, en très léger retrait par rapport à 2012 (- 0,4 %). À l’international, les entreprises de la mécanique ont fléchi de 2,8 % à 45,7 milliards d’euros par rapport à 2012. Avec ce chiffre la mécanique française reste au 6ème rang mondial derrière la Chine, les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et l’Italie.
L ‘amélioration de la prise des commandes depuis novembre 2013, une légère amélioration du commerce mondial, et des prévisions plus optimistes de la part de plusieurs secteurs clients de l’industrie mécanique, porte la FIM à envisager une progression du chiffre d’affaires de ses adhérents de 2 à 3 % en 2014.

Industriels Marchés Vue 2330 Clics

Ajouter un commentaire