La Fiec prévoit un rétablissement des activités construction en Europe en 2014 et lance un appel aux investissements

« Il pourrait y avoir une lumière au bout du tunnel » déclare Jacques Huillard, vice-président de la Fiec. La construction en Europe se stabilisera enfin en 2014, se félicite la Fiec (Fédération de l’Industrie Européenne de la Construction). Cette organisation, qui regroupe 33 fédérations d’entreprises de construction de 24 pays européens, estime que cette année les activités des entreprises progresseront de 0,4%. Cette modeste croissance intervient après une chute de 2,3% en 2013. Cependant elle recouvre des mouvements divers selon les secteurs de la construction.

Le logement meilleur que les TP
Alors que le logement a commencé à se rétablir dans quelques pays européens clés, la Fiec attend, pour 2014, une progression de 1% dans cette spécialité. Mais les restrictions en matière d’investissements publics conduiront à une baisse de l’activité bâtiment non-résidentiel, à -5,5%, et des infrastructures, à -3,7%. Un déclin qui demeure cependant inférieur à celui observé en 2013.

Près de 9% du PIB européen
Le chiffre d’affaires de la construction a atteint 1 162 milliards d’euros l’année dernière. C’est une composante majeure de l’activité économique européenne, puisque ses 2,9 millions d’entreprises, et ses 13,8 millions de travailleurs, participent à hauteur de 8,8% au PIB du continent, et offrent 6,4% des emplois européens. Sans compter le fait qu’un emploi dans la construction engendre deux emplois induits, observe la fédération. Parmi ces derniers, on peut compter les emplois dans l’industrie des matériels de chantier ou encore dans l’industrie des matériaux de construction.

Pour une austérité intelligente
S’appuyant sur le potentiel de croissance que représente la construction pour la totalité de l’économie, Thomas Schleicher, le président de la Fiec, lance un appel aux pouvoirs publics européens : « L’Union européenne doit se défaire d’une austérité aveugle qui détruit l’activité réelle, et en particulier le secteur de la construction. Elle doit la remplacer par une une austérité intelligente et innovante »
.
L’emploi comme objectif
“Pas d’investissement, pas de croissance, ni d’emplois “ [« There can be no growth, nor jobs, without investment [»] déclare la Fiec. Tout en se félicitant des « timides signes de reprise » « timid signs of recovery »] et des décisions récentes de la Banque centrale européenne pour relancer la consommation et l’investissement, elle appelle les pouvoirs publics et les investisseurs privés encore hésitants à des engagements fermes en faveur de la construction. La Fiec cite le logement social, les bâtiments économes en énergie, les bâtiments publics et les infrastructures, notamment de transport.
N’ignorant pas les difficultés de financement des bâtiments et des infrastructures, la Fiec rappelle l’enjeu que représente le BTP, source très importante d’emplois pour des travailleurs qualifiés ou non, dans la lutte contre le chômage.

Entreprises Marchés Vue 1443 Clics

Ajouter un commentaire