World of Concrete Europe : « A deux, nous sommes plus forts. »

Tom Cindric est le vice-président du salon World of Concrete (Woc) et d’Informa Exhibitions, l’entité en charge du développement de l’évènement à l’international. Dans le cadre de la tenue du premier World of Concrete Europe, il en détaille l’organisation…

Béton[s] le Magazine : Comment est née l’idée de créer un World of Concrete Europe ?
Tom Cindric : Depuis plus de vingt ans, notre volonté est de faire connaître la marque World of Concrete. Ainsi, nous avons commencé par le Mexique, ce qui était assez simple, puisque nombre de Mexicains se rendaient déjà à Las Vegas une fois par an pour assister à l’évènement. Et étaient donc demandeurs d’un même type de rendez-vous chez eux.
Elargir cette marque à l’Europe s’est inscrit dans une logique un peu différente. Cette fois-ci, l’idée était de transférer ce concept sur le Vieux Continent pour l’offrir à un nouveau visitorat qui venait peu ou pas du tout à Las Vegas… Mais toujours avec un même fil conducteur : proposer un véritable rendez-vous de filière.

BLM : Pour autant, Woc Europe est-il différent de Woc Las Vegas ?
T. C. : Oui, de la genèse du projet, car il est intégré au salon Intermat qui possède déjà une offre “béton”. Celle-ci représente même quelque 10 000 m2 d’exposition. La particularité de Woc Europe est d’apporter en plus l’amont et l’aval de la filière béton. Aussi, sera-t-il quelque peu différent de ce qui se passe à Las Vegas. Par contre, il en reprend les fondamentaux, c’est-à-dire la volonté d’apporter du contenu. Ce dernier s’articule donc autour de trois volets fédérateurs : l’expérience – à travers les démonstrations (qui occupent près de 15 000 m2 à Las Vegas) -, le salon en tant que tel et les conférences techniques.

BLM : Mais intégrer un salon dans un autre salon, autrement dit Woc Europe dans Intermat, constitue-t-il une bonne chose pour une première ?
T. C. : Il n’était pas question pour nous de monter tout seul un salon comme Woc Europe sans un solide partenaire. A deux, on est toujours plus forts… D’où la logique de nous adosser à Intermat qui a su nous apporter toute son expertise pour mettre sur pied ce projet ambitieux. Pour programmer le salon, organiser les conférences et concevoir les zones de démonstration. Ce qu’ont fait les équipes d’Intermat est formidable. A mon avis, Woc Europe est déjà un succès !

BLM : Comment pensez-vous que Woc Europe va évoluer ?
T. C. : Woc Europe est déjà un succès, car la dimension “matériau” y a trouvé sa place, alors qu’aux Etats-Unis, ce salon est avant tout un évènement “matériel”. De fait, la notion de rendez-vous de la filière “béton” prend ici tout son sens. J’en suis impressionné, même si développer une marque à l’international nécessite toujours une adaptation. De fait, une deuxième édition de Woc Europe, dans le cadre du salon Intermat 2018, est-elle déjà actée. Nous sommes aussi dans la réflexion d’un rendez-vous intermédiaire qui pourrait être organisé courant 2016…

BLM : Et quel sera le développement de la marque Woc au-delà de l’Europe ?
T. C. : Dans un premier temps, Intermat va servir de plate-forme de lancement de Woc Europe pour permettre son élargissement à toute la filière “béton” et à tous les pays de cette zone intéressés par l’évènement. Bien entendu, cet élargissement pourra aller bien au-delà de l’Europe.
Sinon, Woc dispose aussi d’un rendez-vous en Inde… Et ailleurs ? Cela dépendra des opportunités et je suis certain qu’il y en aura.

Propos recueillis par Frédéric Gluzicki

INTERMAT Vue 1512 Clics

Ajouter un commentaire