Une campagne de la FNTP pour encourager les collectivités locales à investir

20% des 120 000 ponts routiers en béton français doivent être réparés d’urgence, le taux de renouvellement des routes du pays est de 5% par an (au lieu des 8% nécessaires), chaque trente secondes on perd 190 000 l d’eau potable, les coupures d’électricité sont de plus en plus fréquentes (75 minutes par an et par foyer), une bonne partie des retards de train sont imputables à des défauts d’entretien du réseau. Ces chiffres (sources : Stress, Usirf, Onema, ERDF) dressent un portrait pessimiste de l’état de nos infrastructures. Ne pas investir dans les travaux publics c’est, avant même reporter la réalisation de nouvelles infrastructures, dégrader les services publics.

Une année pré-municipales en baisse
Cette dégradation est la conséquence d’un défaut d’investissement récurrent depuis des années, de la part de l’état, mais aussi des collectivités locales.
L’activité actuelle des travaux publics en France, est revenu, en euros constants, au niveau d’il y a dix ans : 39,9 milliards d’euros. Et cela ne s’arrange pas puisque la FNTP baisse son chiffre de 2012 à -2% (contre -1,5% annoncés il y a peu, voir notre chronique du 17 décembre 2012), et prévoit encore une baisse significative cette année 2013. « C’est la première fois que notre activité baisse dans une année précédent les élections municipales, dit Patrick Bernasconi, le président de la FNTP (Fédération nationale des travaux publics). Et l’on sait que, traditionnellement elle baisse dans la période qui suit les municipales ».

Une campagne
C’est la raison pour laquelle la FNTP lance une campagne « On n’arrête pas le futur » destiné à encourager les collectivités locales, désormais assurées, avec la Banque Postale, des financements nécessaires, à investir davantage. Un spot publicitaire à la télévision, des débats dans les régions, un site internet, le lancement d’une étude multirégionale, un livre blanc, et une grande manifestation nationale prévue pour avril 2014, devraient sensibiliser ces collectivités qui représentent la plus grand part de la commande publique, origine de 70% des activités de travaux publics.
www.on-n-arrete-pas-le-futur.fr

Entreprises Marchés Vue 2978 Clics

Ajouter un commentaire