Pourquoi Volvo CE rachète les tombereaux de Terex

En rachetant l’activité tombereaux de Terex Volvo Construction Equipment élargit son offre. Terex a, pour 160 millions de dollars (116 millions d’euros), cédé à Volvo Construction Equipment son activité tombereaux, dont le chiffre d’affaires 2012 a atteint 370 millions de dollars (268 millions d’euros). Le président de Terex, Ron DeFeo, est explicite : «Nous cédons [cette activité] dans le but de nous recentrer sur les solutions de levage et de manutention industrielle ». Rien de surprenant pour ce groupe qui s’est désengagé du « mining » et continue à le faire pour le terrassement (voir : https://blog.intermatconstruction.com/2013/04/25/terex-on-the-road-back-to-being-a-10-million-dollar-business/)
L’accord porte sur une gamme de tombereaux rigides de 32 à 91 tonnes et une gamme de tombereaux articulés, soit trois modèles de 25 à 38 t, ainsi que sur l’unité de production de Motherwell (Ecosse).
« C’est une acquisition stratégique qui offre à Volvo CE l’occasion d’un important développement » a déclaré pour sa part Pat Olney, le président de Volvo CE (*).

Vendre des pelles plus des tombereaux
« Le concept de « full liner » est un peu dépassé. Ce que nous voulons c’est offrir des produits à des segments de clientèle, ajoute Jean-Marie Osdoit le président de Volvo CE Europe SAS. Indéniablement il nous manquait des tombereaux rigides ». Même si, dans les pays développés, les tombereaux articulés tendent à se substituer aux rigides, en terrassement, mais aussi dans les carrières, il y demeure une clientèle pour ces matériels. « Grâce à ce rachat nous allons proposer un produit qui pourra satisfaire les segments de clients dans le « light mining » mais aussi dans le terrassement lourd » poursuit le président. Volvo, privé des rigides Euclid qui formaient la troisième composante de VME (Volvo Michigan Euclid, créé en 1985 et qui a précédé Volvo CE), non seulement se prive des ventes de rigides, mais peut aussi manquer celles depelles auxquelles ils peuvent être naturellement associés, dont l’EC 700, de 70 t.

Une bonne base pour la Chine
Mais, avec les rigides, Volvo entend aussi développer ses ventes dans les pays émergeants. « N’oubliez pas que Volvo, et sa filiale locale SDLG sont le premier vendeur de pelles et de chargeuses en Chine, explique Jean-Marie Osdoit. En matière de tombereaux la Chine est surtout un marché de rigides ». L’accord entre Volvo et Terex inclut le rachat des parts de ce dernier, soit 25% de NHL (Mongolia North Hauler Joint Stock Co), joint-venture basée à Baotou (Mongolie intérieure, Chine), qui produit et distribue à présent les rigides Terex. « Nous bénéficieront ainsi, outre nos réseaux locaux Volvo et SDLG, d’un parc, et d’un système de commercialisation».

Développer SDLG
Volvo CE détient environ 40% du marché des tombereaux articulés dans le Monde – 53% en France. Quel usage peut faire Volvo des machines qu’il vient d’acquérir ? Il faut envisager l’opération de Volvo CE dans une perspective mondiale. SDLG se développe comme la « marque d’entrée de gamme » du groupe Volvo CE. Elle produit en Chine des chargeuses sur pneumatiques, des pelles sur chenilles et des niveleuses. « Elle vend ses productions en Chine, via son propre réseau, de même en Afrique et au Moyen-Orient », dit Jean-Marie Osdoit. Depuis l’été dernier SDLG assemble des pelles sur chenilles au Brésil, pour ce marché et avec un réseau dédié.
« Notre stratégie est de développer les deux marques, SDLG et Volvo. Les Etats-Unis ont décidé de faire leur propre expérience avec la vente de deux modèles de chargeuses produites en Chine ». Et l’Europe ? « On ne voit pas comment on pourrait démarrer avec aussi peu de modèles. Nous ne prévoyons pas, à court terme, de lancer les produits SDLG en Europe ».
Les tombereaux articulés issus du rachat des produits Terex feront-ils partie de cette stratégie de produits d’entrée de gamme ? Volvo ne communique pas sur ce sujet.
L’accord devrait être concrétisé au second trimestre de 2014.

(*) Pat Olney sera remplacé à ce poste, à partir du 1er janvier 2014, par Martin Weissburg.

Industriels Produits Vue 8491 Clics

Ajouter un commentaire