La croissance en 2014 pour le marché des matériels en France

En 2014, les ventes de matériels de chantier en France devraient croître de 5%, annonce le Seimat (Syndicat des entreprises internationales de matériels de travaux publics, mines et carrières, bâtiment et levage). Le premier semestre de cette année bénéficiera d’un carnet de commandes en croissance de 15% en 2013, de la poursuite des investissements des loueurs, et de la nécessité de renouveler un parc vieillissant. Jean-Marie Osdoit, le président du Seimat ajoute : « Nous nous dirigeons, pour le marché français, vers une activité de niveau à peu près égal jusqu’à la fin 2016, voire 2017 ».

Croissance du SAV
C’est, sommes toutes, une bonne nouvelle, puisque les ventes de matériels seront à la hausse après une année 2013 à – 5%. La fin de l’année dernière a profité d’une inversion de la courbe des prises de commandes dans un sens positif. Il faut ajouter que les ventes de pièces et le service après-vente ont été en croissance de 3% en 2013. Si l’on en tient compte, l’activité globale a fléchi de 3% seulement, à 2,5 milliards d’euros. « 2013 aura été le point bas, au niveau de 2003, après la très sévère crise de 2008-2009 » dit Jean-Marie Osdoit. Au total, en 2013, les ventes sur le marché français se sont élevées à 29 757 matériels, contre 31 287 unités en 2012 et 30 422 en 2011 (*).

Effets grands chantiers
Sans surprise, ce sont les ventes de gros matériels de terrassement qui ont le plus diminué, à – 10% globalement : niveleuses, tombereaux rigides, tracteurs sur chenilles, tombereaux articulés, pelles sur pneus, chargeuses sur pneus de plus de 5,5 t, sont à la baisse. La relative bonne tenue des pelles sur chenilles (- 2%), est l’effet statistique du cumul des « pelles midi », de 8 à 10 t, et des pelles plus lourdes, en diminution de 10%. Après un début d’année positif pour ces catégories de machines, suite à la fin de la livraison des commandes pour les grands chantiers, le marché s’est retourné faute de nouvelles demandes pour ces applications, commente Marc Wilson, vice-président du Seimat.

Investissement des loueurs
Les loueurs ont soutenu, l’année dernière, la vente des petites machines (- 6,7% globalement) : chargeuses sur pneus de moins de 5,5 t (+ 4%, dont + 3,5% pour les seuls loueurs), minipelles (- 3,4%, mais + 9 % pour les loueurs). Et il faut tenir compte du fait que les statistiques relatives aux loueurs ne portent que sur les ventes aux nationaux. Les achats de cette seule catégorie de loueurs ont été, pour les matériels concernés, en augmentation de 6,5%.
Les chargeuses « skid steer » sont à la peine, avec une chute des ventes de 22,5% (- 20% pour les loueurs). Quant aux ventes de chargeuses-pelleteuses, elles se sont réduites l’année dernière à 710 unités.
Les ventes de compacteurs à guidage manuels sont restées stables, les compacteurs à conducteur porté ont progressé de 15%, mais les ventes de finisseurs ont chuté de 7%. 2013 a été une bonne année pour les chariots à portée variable (+ 10% à 6 523 unités, industrie, agricole et BTP confondus), tandis que les grues mobiles fléchissaient de 3%. Chute importante pour les bétonnières portées (-18% à 586 unités).

Baisse des prix
« Rien d’étonnant, commente Jean-Marie Osdoit. Les ventes de matériels de chantier suivent l’activité de la clientèle, notamment du bâtiment (- 2,6% pour l’année 2013 selon la FFB). Le président du Seimat signale cependant que les systèmes de suivi à distance des matériels de terrassement ne révèlent aucune baisse de leur utilisation dans l’année 2013, alors que la FNTP constate une baisse d’activité de 3% pour la même période. « C’est une confirmation de la baisse des prix des marchés de travaux publics dénoncée par la Fédération ».

(*) Les chiffres publiés ici sont issus de l’étude Eole-Cisma-Seimat, janvier 2014.

Industriels Marchés Vue 3801 Clics

Ajouter un commentaire