Jacques Chanut : « La préfabrication sur chantier est une piste pour accroître la productivité des entreprises de bâtiment»

La mécanisation des chantiers de bâtiment apporte aux entreprises et à leurs personnels un surcroît de sécurité, de productivité, et diminue la pénibilité des tâches, pense la Fédération Française du Bâtiment. Partenaire d’Intermat 2015, cette fédération a suscité la tenue d’une conférence sur la contrefaçon et la non-conformité des matériels pendant le salon. Jacques Chanut, le président de la FFB, fait le point sur la conjoncture et identifie des points positifs pour le marché du bâtiment. Il explique l’intérêt des entreprises de bâtiment pour les matériels, tout particulièrement en cette période difficile, et les espoirs qu’il fonde dans le développement de la préfabrication en France, notamment sur chantier.

Le Blog d’Intermat : Quelle est la conjoncture du bâtiment en France à présent ?
Jacques Chanut : La nouveauté de ce début d’année c’est que les ventes de nos clients promoteurs semblent être reparties. Principalement en logement locatif. Cela veut dire que le dispositif Pinel (1) fonctionne. Les commandes actuelles ce sont les chantiers prochains. C’est un signe positif pour les dix mois, dix-huit mois à venir. Il était temps.
En revanche nous sommes déçus par le marché de la rénovation énergétique. On constate un attentisme des clients. Le crédit d’impôt transition énergétique est pourtant un outil extraordinaire. Les entreprises sont prêtes – elles ont le label RGE -, mais on a le sentiment que le produit n’est pas assez connu, que les clients, et aussi les artisans, sont un peu perdus. Nous communiquons sur ce sujet.

LBI : Et la commande publique ?
J.C. : Nous sommes inquiets. Nous avons besoin de la commande publique en attendant que la commande privée revienne et fasse ses effets. Or il y a des incertitudes sur la réforme territoriale et sur les dotations de l’Etat. Mais nous pensons que l’investissement n’est pas le seul critère d’ajustement des finances des collectivités publiques. Il y a aussi les frais de fonctionnement. Nous devons voir où sont les besoins et être innovant. Nous sommes prêts à exercer une forme d’expertise auprès des collectivités.

LBI : Quelle attention les entreprises de bâtiment portent-elles aux matériels ?
JC : L’intérêt que leur portent nos entreprises est fonction du contexte. Les matériels permettent d’accroître la sécurité. On est alors dans l’obligation, réglementaire et morale. Les matériels diminuent la pénibilité des tâches. Ils permettent de préserver nos compagnons. Enfin ils augmentent l’efficacité du travail. Les coûts de la main d’œuvre étant plus élevés, les entreprises regardent de près les équipements. Cependant il faut qu’elles aient la capacité financière pour amortir ces investissements sur plusieurs années. Ce genre d’investissement est donc affaire de confiance.

LBI : Les entreprises doivent-elles se rendre à Intermat ?
JC : Elles ont intérêt à s’y rendre pour voir ce qui se fait, ou ce qui pourrait se faire dans le domaine des matériels. Elles sont à la recherche de ce qui leur permettrait d’accroître leur productivité et la régularité de leur production. Je pense en particulier à la préfabrication, peu utilisée en France, nettement moins que dans les pays anglo-saxons. Il y a plusieurs raisons à cela. Notre main d’œuvre est sans doute plus qualifiée, mais aussi les coûts de transport sont plus élevés ici qu’ailleurs. Pour que la préfabrication se développe en France, il faut donc un maillage dense de l’offre. Ou bien les éléments préfabriqués doivent être produits sur le chantier. Qui dit préfabrication dit charges lourdes, donc mécanisation.

LBI : La création du World of Concrete Europe est-elle l’occasion de favoriser ce mouvement ?
J.C. : Un salon comme Intermat se doit d’être une vitrine de ce mouvement vers la mécanisation. Le World of Concrete Europe (2) en est un exemple évident.

LBI : En quoi la FFB s’implique-t-elle dans le programme d’Intermat 2015 ?
JC : Pour que nos entreprises soient dans une position de confiance dans l’avenir, il leur faut un environnement institutionnel et concurrentiel sain. En matière de matériels, comme de personnels. Nous avons initié à Intermat 2015 une manifestation sur la contrefaçon(3), un sujet que la FFB suit depuis longtemps, afin de sensibiliser les acteurs de la profession. Dans le même esprit que notre action à l’encontre des fraudes au détachement d’ouvriers. Nous devons lutter contre ces phénomènes qui s’installent de manière structurelle à la faveur de la crise.
(1) Le dispositif Pinel est un nouveau dispositif d’incitation fiscale à l’investissement immobilier locatif qui remplace la loi Duflot.
(2) Le World of Concrete Europe se tiendra dans le cadre d’Intermat 2015.
(3) La FFB organisera, à Intermat, le colloque « Contrefaçon et Non-conformité » avec le Cisma, l’OPPBTP, le DLR et l’Afocert le vendredi 24 avril 2015 à 10 h.

Entreprises INTERMAT Produits Vue 3692 Clics

Ajouter un commentaire