Artisanat du bâtiment en France : la reprise pour la mi-2016 ?

« Le recul de l’activité frappe l’ensemble des corps de métier », constate Patrick Liébus, le président de la Capeb (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), au vu des chiffres de la profession pour le troisième trimestre de 2015 : – 2,5% pour l’activité totale. La construction neuve fléchit de 5%, soit davantage que le trimestre précédent, tandis que l’entretien-amélioration affiche un -1%. Seul le volume des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements est en progression à + 1%. Ceci notamment grâce au CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique).

Carnets de commande : effet mécanique
Paradoxalement, les carnets de commande des artisans et des PME du bâtiment progressent, avec un timide +1%, à 73 jours de travail au 1 er octobre de cette année, contre 72 début juillet, 88 début avril, et 71 jours un an auparavant. « C’est l’effet de la baisse du personnel dans la profession, avec des postes non renouvelés à la suite de départs à la retraite » dit Patrick Liébus.

Concurrence
Mais au total l’année 2015 se soldera, pour les artisans et les petites entreprises, par une activité à – 2%, estime la Capeb, soit -5% dans le neuf et -0,5% dans la rénovation. Ceci dans un contexte où, selon Patrick Liébus, certaines grandes entreprises, poussées par la faiblesse de l’activité, interviennent dans la réhabilitation des logements, alors qu’elles se cantonnaient auparavant aux travaux neufs.
L’activité des artisans, dit le syndicat, est également frappée par la concurrence des autoentrepreneurs – 142 500 dans le bâtiment – et des travailleurs détachés en situation irrégulière. Ce dernier phénomène touche l’Europe entière constate le président de la Capeb, par ailleurs président de la European Builders Confederation depuis le début de l’année 2015.

Retour de la confiance ?
Le président de la Capeb se félicite cependant que le gouvernement ait maintenu, dans la loi de finances 2016, les mesures favorables à la construction : PTZ (prêt à taux zéro) et PTZ+, CITE. « Beaucoup de curseurs sont au vert en France, sauf un : la confiance ». De plus, pense Patrick Liébus : « Si la construction redémarre en 2016, les entreprises qui s’étaient tournées vers la rénovation faute de marché dans la construction neuve se consacreront à nouveau à la construction neuve, et nous pourrions profiter davantage du marché de la réhabilitation». Soit une amélioration potentielle, mais pas avant la mi-2016.

Entreprises Marchés Vue 2465 Clics

Ajouter un commentaire